Quelques règles simples pour prévenir le diabète de type 2

5 minutes de lecture
diabète

70% des nouveaux cas de diabète dans le monde sont causés par une alimentation déséquilibrée…mais quelques règles simples permettent de prévenir la maladie. 

Le diabète de type 2, la maladie du siècle 

Le diabète de type 2 est une cause majeure de morbidité et de mortalité à travers le monde, avec d’énormes impacts économiques et sociaux. Entre 1980 et 2021, le nombre d’adultes souffrant de diabète est passé de 108 millions à 537 millions, avec en parallèle une augmentation du nombre d’obèses de 100 millions à 764 millions d’adultes. Ce phénomène est global : dans aucun pays le nombre d’obèses ou de diabétiques n’ont diminué. Les prévisions annoncent 783 millions de diabétiques en 2045.  

Le diabète est responsable d’1 décès sur 8 et augmente le risque de maladies cardiovasculaires, d’insuffisances rénales, de la maladie du foie gras, de cécités, de cancers et de maladies infectieuses dont le covid-19.  

Non maitrisé le diabète va continuer à toucher de plus en plus d’individus et va mettre à mal les systèmes de santé et la productivité économique.  

Le diabète : une nouvelle analyse publiée dans Nature Médecine 

Trop de céréales raffinées et trop de viande explique la majorité des cas de diabète 

Il est bien connu que les habitudes alimentaires jouent un rôle crucial dans le développement du diabète de type 2, à la fois directement via la prise de poids mais aussi indirectement via la perturbation de la glycémie, de la résistance à l’insuline, de la stéatose hépatique, de l’inflammation chronique ou du microbiote intestinal, indépendamment du surpoids.  

Mais ce qui n’était pas clair et que montre une nouvelle analyse publiée dans Nature Médecine est le rôle exact joué par chaque composante de l’alimentation ainsi que l’influence du sexe, de l’âge, du pays, du niveau d’éducation et d’urbanisation.  

Les résultats de l’étude sont basés sur des enquêtes alimentaires obtenues dans 184 pays et sur l’estimation des quantités optimales de 11 types d’aliments pour le plus faible risque de diabète. 

Globalement, sur les 20 millions de nouveaux cas de diabète diagnostiqués en 2018, 70% sont attribuables à des déséquilibres alimentaires

Quels sont les facteurs qui causent le plus de cas de diabète ? En moyenne, à l’échelle globale :  

  • Excès de riz blanc et de blé raffiné : 25% des cas 
  • Excès de viande rouge : 20% 
  • Excès de charcuterie et viandes transformées : 20% 
  • Consommation insuffisante de céréales complètes : 26% 

Mais si on regarde pays par pays, on observe que chacun de ces facteurs ont une importance différente qui dépend des habitudes locales : par exemple, au Moyen-Orient, la cause principale de diabète est l’excès de blé raffiné alors qu’en Europe centrale et orientale, c’est l’excès de viande qui cause la moitié des cas de diabète.  

Europe de l’est et Amérique Centrale : les plus impactés par les déséquilibres alimentaires 

Les pays les plus impactés par les effets néfastes de l’alimentation sur le diabète sont la Pologne et la Russie, où la culture « viande-pommes de terre » est responsable d’un risque cardio-métabolique élevé. 
La deuxième région la plus touchée est l’Amérique latine et les Caraïbes , particulièrement le Mexique et la Colombie, à cause d’un excès de consommation de soda, de viandes transformées et d’une faible consommation de céréales complètes, accompagnant la transition vers une alimentation de plus en plus ultra-transformée dans ces pays.  

D’une manière générale, cette grande étude souligne que le rôle de l’alimentation dans l’origine du diabète est plus important chez les hommes que chez les femmes, chez les jeunes que chez les plus âgés, plus important chez les urbains et les gens éduqués dans les pays en voie de développement mais au contraire plus important chez les ruraux et les gens moins éduqués dans les pays riches.  

Une feuille de route simple et efficace : des légumes et des aliments peu transformés  

Depuis 2014, plus de 3000 articles scientifiques traitant d’alimentation et diabète ont été publiés chaque année, permettant d’affiner certaines recommandations :  

  • La perte de poids, en cas d’obésité a un bénéfice direct, car elle permet de diminuer la résistance à l’insuline. Cependant, l’enjeu au niveau individuel reste la non-reprise des kilos perdus. Sur ce point, les études manquent sur le type de régime le plus efficace.  
  • Une alimentation axée sur une abondance de légumes feuillus et pauvres en amidon, la réduction des sucres ajoutés et des céréales raffinées (pain blanc, riz blanc, pâtes blanches…) et le choix d’aliments bruts à la place d’aliments plus transformés semble l’approche la plus consensuelle, et compatible avec différents types de préférences alimentaires (végétarien, méditerranéen, sans gluten…).  
Rappel : le diabète est une maladie qui affecte la capacité à réguler le taux de sucre dans le sang, due à un défaut de production (diabète de type 1) ou d’utilisation (diabète de type 2) de l’insuline, une des hormones régulatrices de la glycémie.  
Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui détruit progressivement les cellules du pancréas et qui se déclare chez l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte. Il ne représente que 5 à 10% des cas. 
Le diabète de type 2 représente plus de 90% des cas et alors qu’il apparaissait généralement plus tard dans la vie, autour de 40 ans, commence à être observé chez des enfants et adolescents, en lien avec l’augmentation inquiétante de l’obésité. Ce diabète est caractérisé par une résistance aux effets de l’insuline, et s’explique en partie par une mauvaise hygiène de vie.   
– Le diabète de type 2 peut donc se traiter par de meilleures habitudes, incluant des changements alimentaires, plus d’activité physique et une perte de poids, et s’il est pris en charge assez tôt ne nécessite pas la prise systématique de médicaments et peut être réversible.  

O’Hearn, M., Lara-Castor, L., Cudhea, F. et al. Incident type 2 diabetes attributable to suboptimal diet in 184 countries. Nat Med29, 982–995 (2023). 

Forouhi, N.G. Embracing complexity: making sense of diet, nutrition, obesity and type 2 diabetes. Diabetologia66, 786–799 (2023) 

Recevez les informations sur nos posts gratuits directement dans votre boite mail.



Partager sur :

Mots clés de l'article :

A propos de l'auteur Permafood

Articles liés

P

Les enfants et le sport : quelques contraintes pour de multiples bienfaits !

Dès la naissance, le bébé fait preuve d’une grande activité physique en…

LIRE LA SUITE
P

Composer des “menus santé” pour les enfants

La question de la santé des enfants est un sujet de santé…

LIRE LA SUITE
P

L’eau et le vin chez sainte Hildegarde

Hildegarde décrit longuement l’eau dans la Physica et dans le Cause et…

LIRE LA SUITE
Panier